MA VIE SANS SUCRES

Arrêter le sucre, ça a changé ma vie. Réaliser que oui-oui, si-si, c’est bien vrai, la tomate c’est bien un fruit, tant c’est sucré! C’est une sensation assez magique que de sentir chaque saveur exploser sous ses papilles. L’arrêt du sucre m’a apporté d’innombrables bienfaits et si je ne devais en retenir qu’un seul, se serait celui de me sentir libérée. De redécouvrir le goût, le vrai, de chaque aliment qui est à notre portée. Car bien loin d’être anodin ce sentiment précis m’a rapproché de mes aspirations les plus profondes à savoir vivre avec simplicité, bienveillance et authenticité.

Après trois ans de vie sans sucre je me sens enfin assez expérimentée pour partager toutes mes astuces à ce sujet. Me revoilà enfin sur Mynyma pour sensibiliser tous ceux qui sont en quête de bien-être à la (re)découverte de saveurs simples et saines. Et la bonne nouvelle c’est qu’avec un bon lot de motivation on se débarrasse très vite de cette addiction!!!

 

Ténacité!

L’arrêt du sucre est quelque chose de bien peu naturel chez l’homme. Et cela se comprend assez facilement puisque dans le souvenir de notre tendre enfance la saveur sucrée s’associait spontanément aux mots soulagement, réconfort, joie ou encore consolation. Effectivement le sucre active le « système de récompense » de notre cerveau. Le rapport intrinsèque qu’entretiennent nos émotions avec le sucre est donc un phénomène faisant partie intégrante de notre vie. Les mauvaises habitudes ne se délogent donc pas facilement! Et je n’échappe pas à cette réalité. Ce que je tente de vous dire c’est que si vous souhaitez effectivement venir à bout de votre addiction au sucre il va vous falloir trouver une raison assez forte pour ne pas fléchir! C’est de ce pilier que va dépendre votre réussite! Quand on veut, on peut! Et la bonne nouvelle c’est que cette ténacité trouvée, on se débarrasse très très vite de l’addiction sucrée, puisque 4 à 8 semaines suffisent à s’en affranchir pour de bon!

Dans mon cas, cette volonté est née de la nécessité de venir à bout de ma candidose. Un mal pour un bien me direz-vous!

D’autres encore trouveront la force d’agir en s’informant des préjudices causés par le sucre sur notre santé. Les articles à ce sujet se multiplient depuis ces cinq dernières années. Vous trouverez donc pléthores d’arguments dans de nombreuses études. La surconsommation de sucre aurait notamment pour conséquence : 

  • Risque d’augmentation de la pression artérielle 
  • Prise de poids / surpoids
  • Fragilisation des dents
  • Troubles de la mémoire
  • Risque d’insuffisance rénale 
  • Risque de diabète de type 2 
  • Dépression
  • Modification de la flore intestinale provoquant candidose et hyper-perméabilité  
  • Troubles digestifs
  • Réaction inflammatoire 
  • Vieillissement accéléré
  • Maladies cardiovasculaires 
  • Système immunitaire affaibli 
  • Impact sur l’équilibre minéral de notre organisme
  • Le fructose pourrait être l’un des facteurs de l’apparition de cancers du sein, de l’ovaire, de la prostate, du rectum, du poumon, du pancréas, de la vésicule biliaire et de l’estomac.

Ces constats sont régulièrement controversés par des contres-études. Je laisse à chacun la liberté de s’informer davantage sur le sujet et d’en tirer ses propres conclusions. Peut-être que vos lectures alimenteront justement votre volonté de fer!

Et de mon côté, si cela peut aider certains à prendre le problème à bras le corps, je témoigne ci-dessous des bienfaits que m’ont apportés l’arrêt du sucre. 

  • Diminution conséquente des ballonnements
  • Disparition des inflammations cutanées
  • Peau plus nette
  • Disparition des boutons inflammés
  • Disparition des mycoses vaginales
  • Disparition des cystites
  • Régulation de mon système hormonale
  • Perte de poids sans perte musculaire
  • Disparition du peu de cellulite que j’avais
  • Grande joie de vivre
  • Sentiment d’avoir une grande vivacité. Disparition des coups de fatigue 
  • Disparition des sauts d’humeur
  • Saveurs démultipliées en bouche

Je tiens toutefois à préciser que ces résultats sont propres à mon organisme et issus de mes observations le long de ses trois ans de sevrage – ou plutôt devrais-je dire d’un nouveau choix d’hygiène de vie. Elles n’ont aucune valeur scientifique. Ajoutons à cela, que parallèlement à la suppression du sucre, j’ai en simultané supprimé tous les produits laitiers, la viande et réduit drastiquement mes apports en gluten. Les bénéfices que j’ai pu tirer de cette nouvelle alimentation, ne sont donc certainement pas uniquement dus à la suppression du sucre, mais proviennent bien d’une combinaison de réajustements alimentaires qui agissent en synergie. La suppression du sucre n’est donc pas la seule cause de ma meilleure condition de vie. Je pense toutefois que l’élimination du sucre a été un élément clé dans cette quête d’un mieux-être. 

vie-sans-sucre1

Le sucre est partout

Le sucre, transformé par notre organisme en véritable carburant, se retrouve dans de nombreux aliments non-transformés et naturels de notre quotidien. Dans les fruits bien entendu, dans les céréales complètes, mais également dans les légumes, les oléagineux, les légumineuses, les produits laitiers (pour ceux qui en consomment). Au vu de cette énumération, si le sucre est bien évidemment indispensable à notre survie, une alimentation naturelle -bien équilibrée- suffit largement à pourvoir nos besoins journaliers en sucre. Néanmoins cette consommation naturelle s’accompagne généralement d’aliments dits à sucres cachés. Et ils sont partout…  :

Ketchup, sauce toute prête, sauce soja, condiments, vinaigrette en bouteille, certains vinaigres, pickles, chips, bouillon de légumes, pain, pain de mie, pâte feuilletée, pâte brisée, pâte à pizza, riz à sushi, plats préparés, salades préparées (carottes rappées, coleslaw etc…), soupes en brique, nombreuses céréales du petit déjeuner, barres aux céréales, apéritifs, nombreuses préparations sans gluten, thé glacé, smoothie et milkshake avec ajout de sirop, yaourt aromatisés ou aux fruits, les produits allégés en matière grasse, les jus de fruits, boissons énergisantes, légumes et fruits en conserve, certains poissons fumés, le jambon et la charcuterie pour les carnivores, les faux bonbons aux fruits du type Na! etc, etc… .

Comment les repérer? En prenant le soin et le temps de bien lire la liste des ingrédients composants un produit préparé avant de l’acheter.

Tous les éléments se terminant en « ose » sont à détecter : glucose, isoglucose, fructose, maltose, dextrose, galactose, lactose, saccharose, sucrose.

Tous les sirops : glucose, glucose-fructose, malt, riz, maïs, datte, agave, stévia, caroube, érable, froment, sorgho, orge, de fruits . Les sirops naturels ne sont effectivement pas exemptés.

Et tous les autres : sucre, cassonade, mélasse, vergeoise, sucre de betterave, sucre de canne, sucre de datte, sucre de palme, sucre de raisin, sucre de coco, amidon de maïs, amidon modifié, extrait de malt, dextrine, dextrane, maltodextrine, diastase, malt diastasique, malt d’orge, miel, jus de fruits, jus de fruits concentrés, éthyl-maltol, xylitol, stévia.

À ces consommations de sucres naturellement présents dans les aliments bruts et de sucres cachés dans de nombreux produits transformés, s’ajoutent les sucres directs et industriels assimilés quotidiennement ou ponctuellement selon les personnes :

Bonbons, chocolat, gâteaux, barbe à papa, glaces, caramel, desserts du type danette, mousse au chocolat, biscuits, viennoiseries, boissons sucrées, jus de fruits, alcool etc… .

En somme, vous l’aurez saisi, le sucre est quasiment partout. C’est ce constat qui m’a poussé à apprendre à réaliser moi-même mes plats, et préparation d’aliments, pains, pâte brisée etc… . Et pour se débarrasser définitivement de l’addiction au sucre l’idéal serait d’éliminer durant un temps assez court, les sucres cachés, oui, mais également une grande partie des sucres naturels.

Les fruits, le miel, les fruits séchées contiennent beaucoup de sucre. Si l’intitulé de mon article « ma vie sans sucre » peut sembler exagéré, en réalité il n’est pas si mensonger. Si je me permets d’employer cette expression, c’est parce que pour venir à bout efficacement de ma candidose j’ai fait le choix de supprimer durant 6 mois les sucres directs, les sucres cachés ET la plupart des sucres naturels également. Et c’est parallèlement cette vie quasi sans sucre qui m’a permis de ne plus avoir du tout envie de manger sucré. Le sucre appelle le sucre, moins vous en consommez, moins vous en désirez.

Fort heureusement tout le monde n’est pas amené à soigner une candidose. Donc je ne conseille absolument pas de supprimer la plupart des sucres naturels durant une si longue période. Les fruits sont de très bons produits pour la santé et leurs saveurs sont multiples et si agréables. Leur indice sucré peut être très élevé selon les cas, ce qui maintient tout de même l’envie de sucre. L’addiction au sucre sur notre cerveau fonctionne avec des mécanismes similaires aux drogues dures. Si il n’est bien évidemment pas question de supprimer les fruits de son alimentation au quotidien, il faut néanmoins en limiter la consommation. Et je pense que pour se débarrasser réellement de l’addiction au sucre, son éviction durant une petite semaine permet un sevrage d’autant plus efficace. Alors venons en au fait et parlons programme de désintoxication du sucre 😉

 

On y va progressivement!

Si j’ai bien un conseil à vous donner en matière de sevrage de sucre, c’est de ne pas faire comme moi! Déterminée à me débarrasser le plus rapidement possible de cette satanée candidose j’ai pris le parti de supprimer tous les sucres industriels, raffinés, cachés, mais aussi la plupart des sucres naturels à savoir les fruits (sauf les tomates et les châtaignes), le miel, les fruits séchés, le sirop d’érable et autres sirops naturels à la mode et ceci du jour au lendemain. Aucune transition, aucune concession, aucune compassion, non! Je n’ai pas laissé à mon corps le temps de s’adapter à cette nouvelle donne. Si ce choix volontaire m’a permis de ne plus avoir du tout envie de sucre en l’espace de trois semaines, il a néanmoins eu pour effet de provoquer une fatigue intense durant quelques jours au point de ressentir, le simple fait de marcher comme un effort insurmontable. Durant une semaine j’ai également eu des migraines et une baisse de moral comparable à une petite déprime. Je suis persuadée que si j’avais éliminé plus progressivement le sucre de mon alimentation, je n’aurais pas contracté ces différents maux. Et bien qu’ils aient été très furtifs leur intensité a été des plus désagréables.  Cela m’amène également à préciser qu’en cas de problème de santé ou de doute il est nécessaire de consulter un médecin avant d’effectuer un programme de désintoxication du sucre.

Après un long temps de documentation et trois années d’expérience, si je pouvais revenir en arrière je procéderais de manière plus douce. En 2 phases : 1 phase  d’attaque « Détox »  sur 21 jours et 1 phase de retour au quotidien.

Phase 1 Pourquoi 21 jours? C’est pile le temps qu’il faut pour acquérir de nouvelles habitudes. On y va en douceur avec des modifications alimentaires progressives chaque semaine. Pas question de tout éradiquer d’un coup.

Semaine 1 Suppression des sucres évidents et raffinés.

On prend son courage à deux mains et on stoppe les biscuits, viennoiseries, pâtisseries, desserts, bonbons, chocolat, confitures, sodas, alcool etc
Oubliez le sucre dans les thés et les cafés, histoire de redécouvrir le véritable goût des boissons.

On remplace tout ça par des fruits, amandes, noix de cajou etc… . On s’occupe au maximum! Sport, ateliers créatifs, randonnées, concerts, entre amis … . L’ennui déclenche des envies de grignotages de sucres rapides, donc penser à charger votre semaine d’un tas d’activités qui vous enrichissent personnellement.  ET on pense à se brosser les dents après chaque repas! Oui, tout en prenant soin de vos dents, ce geste très simple a un effet coupe faim direct!

Semaine 2Suppression des sucres cachés
On apprend à lire les étiquettes et on réalise que l’industrie agro-alimentaire nous envahit bel et bien de sucre.

En plus des sucres raffinés de la semaine 1 on élimine cette semaine 2 : Pains industriels, Ketchup, sauce toute prête, sauce soja, condiments, vinaigrette en bouteille, certains vinaigres, pickles, chips, bouillon de légumes, pain, pain de mie, pâte feuilletée, pâte brisée, pâte à pizza, riz à sushi, plats préparés, salades préparées (carottes rappées, coleslaw etc…), soupes en brique, nombreuses céréales du petit déjeuner, barres aux céréales, apéritifs, nombreuses préparations sans gluten, thé glacé, smoothie et milkshake avec ajout de sirop, yaourt aromatisés ou aux fruits, les produits allégés en matière grasse, produits sans gluten avec ajout de sucre, les jus de fruits, boissons énergisantes, légumes et fruits en conserve, certains poissons fumés, le jambon et la charcuteries pour les carnivores, les faux bonbons aux fruits etc, etc…

Semaine 3Suppression d’une partie des sucres naturels
On passe aux choses sérieuses. C’est certainement la phase la plus difficile de cette cure de désintoxication, puisque là on supprime réellement quasi tous les sucres de notre alimentation. 

C’est à dire : les fruits, les fruits secs, le miel, les compotes de fruits sans sucre ajouté, le sirop d’agave, le sucre de coco et tous les autres sucres naturels en sirop ou en poudre.

Si on évite les glucides lents « blancs » on maintient par contre les glucides complexes du type pâtes et riz semi-complets ou complets de préférence, pomme de terre, patate douce, châtaignes afin de tout de même apporter la part de sucre nécessaire à notre corps pour ne pas nuire à son bon fonctionnement. 

Quelques idées pour le petit déjeuner durant cette semaine drastique : Toast à l’avocat tomate cerise et graine de sésame, pain de châtaigne et purée d’amande, crème d’artichaut sur pain de fleurs, tapenade, porridge de chia et lait de coco à la gousse de vanille, cannelle et graines de sésame, le tout accompagné d’une bonne infusion et d’une poignée d’oléagineux! Poissons fumés et yaourts natures sont les bienvenus pour les non-vegan et/ou tous ceux qui tolèrent les produits laitiers.

Si pour une quelconque raison vous ne vous sentez pas à l’aise avec cette étape, surtout ne vous forcez pas! Chacun y va à son rythme, selon ses besoins, ses objectifs, et son niveau de santé! Dans ce cas, durant cette semaine 3, procédez de la même manière que pour la semaine 2. 

Phase 2 On revient en douceur à une hygiène de vie équilibrée et on la maintient pour de bon! 

Semaine 1On réintroduit les glucides lents « blanc » : riz, pâte pour ceux qui le peuvent, pâtes sans gluten au maïs, etc… .

Semaine 2 ◊ On réintroduit les fruits : 1 par jour

Semaine 3   On réintroduit les fruits secs et sucre naturels du type agave etc…

1 poignée de fruits secs par jour suffit amplement,  et seulement si besoin. Personnellement je ne consomme quasi plus de fruits secs. Une poignée une fois toutes les deux ou trois semaines et encore. Je les consomme surtout lorsque j’invite des amis et que je prépare un gâteau à base de fruits secs pour apporter un goût sucré aux pâtisseries. Durant cette semaine  » on maintient notre consommation de fruits à un  à deux fruits par jour. En matière de chronobiologie 16h est l’heure idéale pour faire une pause sucrée (si besoin). 

Et on tente de garder ses bonnes habitudes à vie! Ce serait trop bête de s’arrêter là, après tant d’effort. Réaliser ce programme c’est permettre de réguler notre appétit et nos envies tout en prenant conscience que nous vivons très bien sans sucres simples, blancs et industriels et qu’il faut veiller à bien s’alimenter. Pour se faire, on prend le temps de cuisiner!!! On investit dans des bons livres de cuisine sans sucre et on s’inspire d’un tas de blogs qui traitent de la question. Sur le mien n’hésitez pas à tester le bananabread, la compote de pomme et les petits biscuits d’automne. En fonction de la quantité de sucre que vous aviez l’habitude d’ingérer, il est fort possible que mes recettes ou celles d’autres blogs vous semblent fades ou manquent de saveurs. Et c’est tout à fait normal! Je vous conseille simplement de persévérer les cellules des papilles de la langue se renouvellent tous les 10 jours, vous ressentirez assez vite de nouvelles saveurs se développer. Moins on mange sucré plus on distingue de goûts et de saveurs plus subtiles!  Et je vous invite vivement à aller faire un tour sur les blogs de Cléa , Au vert avec Lili, Vegan freestyle, Amande et Basilic des petites pépites en matière d’healthy food! 

Et surtout on apprend à s’écouter! Il y a des jours où mon corps n’a pas du tout envie de sucre, dans ces moments je ne mange même pas de fruits. Ne vous forcez jamais à prendre du sucre sous quelque forme que ce soit à partir du moment où vous n’en ressentez pas le besoin. Cela maintient vos bonnes habitudes et vous permet d’être en réel accord avec les besoins de votre corps. 

Et deux fois par an – personnellement à Noël et à mon anniversaire – faites vous plaisir avec une gourmandise d’un vrai pâtissier! Cette année mes papilles ont explosé sous la douceur englobante de la tarte Jean Dujas de la chocolaterie de Cyril Lignac. Très beau lieu soit dit en passant 😉 Ne plus se nourrir au quotidien de sucres industriels et raffinés c’est aussi ça, apprendre à bien choisir ces produits, à tendre vers des valeurs et goûts simples, et quand il s’agit de se faire plaisir, ne jamais lésiner sur les moyens et la qualité des produits (bio-frais-locaux)! 

vie-sans-sucre2

Mes petits secrets pour réussir ♥

C’est bien beau de parler d’un programme du feu de dieu, mais ça ne fonctionne qu’à la condition de pouvoir combler sa frustration par des ingrédients doudous mais sains 😉  qui vont remplacer tous ces sucres!

♦ En-cas sains ♦

Pour éviter toute frustration je n’ai pas arrêté les grignotages. J’écoute ma faim et lorsqu’elle est là je remplace les sucres par des produits onctueux, healthy et qui calent bien l’estomac : des purées brutes d’oléagineux, pain grillé (faible en gluten pour ma part) et avocat, houmous, patate douce rôtie, graines de courges grillées, carottes, frites de panais au four, œufs durs,(pour les non-vegan), tartare d’algues et pain de petit épeautre. Misez également largement sur le pain de fleurs, les amandes, noix du brésil, noix, pistache, pop-corn salés, porridge de graine chia et lait de coco, pomme de terre au four, tartinade de tomates séchées, légumineuses et légumes. Et au niveau des boissons, on se rue sur les tisanes fruitées, les roïboos vanillés ou à la cannelle.

Pour les non-vegan et toutes les personnes tolérant les produits laitiers, vous pouvez finir votre repas par une part de fromage ou un yaourt nature et à la place du dessert.

Abusez des saveurs douces! Ces aliments magiques apportent un côté sweety à votre palais et vos plats :

Cannelle, muscade, huile de coco, eau de coco, lait de coco, les gousses de vanille, le cacao brut, fève de cacao, les noix de cajou, les amandes, les noix du brésil, les noix de macadamia, lait d’amande, les châtaignes, les patates douces, la racine de réglisse, carotte, betterave, les courges, panais, les tomates cerises, framboises – fraises et myrtilles (faibles en fructose), huile d’argan, huile de noisette, infusion de fleurs, jus de carotte, thé roïboos vanille,… . 

Misez sur des produits frais, locaux et biologiques afin de bénéficier d’un maximum de saveurs et de nutriments.

À la moindre faim ou envie de sucre mon astuce ultime a été de déguster 2 à 3 cuillère à café de purée noix de cajou. ce beurre d’oléagineux est un délice! Doux, onctueux, au goût légèrement vanillé et sucré! Il a été ma roue de secours à chaque envie de sucre. Et ça reste encore aujourd’hui mon petit pêché mignon 😉 (attention  toutefois, si comme moi vous êtes sensible au Fodmap, allez-y par petite quantité ou remplacez ce beurre par de la purée d’amande complète.  Au bout de deux à trois cuillères il vous cale et stoppe vos envies de manger!

Mon deuxième coupe faim imparable : Une barre de chocolat noir 100%. L’amertume et la profondeur de ce chocolat, finissent un repas à l’instar du café, coupe faim garanti. 

♦ Manger du gras!♦

Du bon gras!! Cela peut paraître assez surprenant, certes…, mais nourrir son corps de bon gras élimine les envies soudaines de grignotage provoquées par le sucre. En mangeant des aliments riches en bon gras, je n’ai à aucun moment vécu ce sentiment de privation. Les graisses et les protéines sont nourrissantes, et tiennent bien au corps. Donc non seulement elles éliminent toutes fringales passagères, mais nous saturent également vite, on en mange donc juste ce qu’il faut, puisque nous ne pouvons en ingérer qu’en petite quantité! Le sentiment de satiété est très rapide, et les bonnes graisses semblent réguler notre appétit en activant certaines hormones qui elles-même signaleraient à notre cerveau que nous avons suffisamment mangé.

Les bons gras que j’ai adopté au quotidien:

Huile de coco, huile d’olive, beurre cru (le beurre ne contient quasiment pas de lactose et je ne le cuis jamais), huile d’onagre, huile de colza, huile d’argan, huile de chanvre, noix du brésil, amande, noix, avocat, œufs, graines de courges, pignons de pins, et de manière générale toutes les huiles riches en oméga 3 ainsi que les oléagineux.

Il en existe un tas d’autres, à vous de les choisir en fonction de vos goûts et affinités!

De plus à aucun moment de cette nouvelle hygiène de vie je n’ai pris de poids. Bien au contraire j’en ai perdu. Ma consommation de bon gras m’a permis d’alléger ma silhouette tout en maintenant la fermeté de mon corps.

♦ Au restaurant ♦

Bien évidemment j’ai arrêté de prendre des desserts au restaurant. Mon repas se termine par le plat principal. Je ressors de mes soirées le ventre et le corps léger. Et à force de persister dans cette volonté de ne plus subir cette pression de finir un  dîner au restaurant par un dessert, mon entourage a fini par respecter ce choix. C’est devenu tout à fait normal pour eux, je les accompagne juste avec une bonne infusion dans les mains!

Toujours au restaurant pour éviter les sucres plus sournois pensez à éviter tout ce qui contient du miel, caramel, vinaigre balsamique. La cuisine thaïlandaise et chinoise peuvent être très sucrées. Attention également aux sushis dont le riz est préparé avec du vinaigre de riz et du sucre blanc. Idem pour les salades d’algues… .J’opte généralement pour des bols de ramen ou des raviolis vapeurs et des rouleaux de printemps, mais sans la sauce qui les accompagne. La cuisine espagnole est intéressante à condition de faire attention aux sauces qui accompagnent les tapas.

La cuisine libanaise, portugaise, italienne(attention à la sauce tomate où l’on rajoute parfois du sucre pour compenser l’acidité des tomates), française, grecque, arabe sont mieux adaptées à vos nouveaux besoins!

♦ Aimez-vous ♦

Et enfin, soyez indulgent avec vous-même. Le long de mes 6 mois de diète l’un des facteurs de réussite de cette nouvelle vie no-sugar a été de me dire que rien ne m’est interdit. Et que si l’envie de sucre était réelle, et que malgré toutes mes astuces de substitution, l’envie d’une douceur se maintenait, alors je ne devais pas m’en priver. À cette seule condition je m’étais promis de m’autoriser à savourer une vraie belle sucrerie de pâtissier. Et étonnamment je n’ai jamais eu besoin d’avoir recours à cela. Le cerveau ne réagit pas de manière positive à la « pensée restrictive » C’est donc très certainement parce que mentalement j’ai toujours su que la possibilité existait, que je n’ai senti aucune frustration. Être indulgent avec soi-même et s’autoriser une douceur si on ne peut vraiment pas faire autrement ce n’est pas un échec, bien au contraire! C’est prendre conscience de qui on est, de nos limites et de tout le chemin que nous avons réaliser avant d’être sûre de manger une sucrerie.

Se mettre en condition de bienveillance envers soi, c’est à dire en ayant en tête que votre démarche n’est pas entreprise de manière forcée mais pour vous offrir un réel mieux être, est l’un des principaux facteurs de réussite de cette nouvelle hygiène de vie. Ayez bien conscience de cette donne! 

 

« La gratification vient avec l’acte, pas avec le résultat » James Dean ♥

Publicités

4 réflexions sur “MA VIE SANS SUCRES

  1. Whaou, quel article intéressant ! J’ai moi aussi dû arrêter le sucre, les produits laitiers et tout aliment fermenté pour cause d’hyper perméabilité des intestins, d’où mauvaise assimilation des vitamines et forte perte de cheveux… Quel bien-être quasi immédiat !! Ça a changé ma manière d’être au quotidien: plus d’énergie, les idées « claires », finis les ballonnements, la contipation, adieu l’hyper glycémie, j’ai eu le sentiment d’être libérée d’addictions… Que des effets positifs ! Bonne continuation, Carole

    Aimé par 1 personne

  2. C’est très intéressant de lire ton parcours. J’avoue que je serais bien incapable de me priver totalement de sucre, je suis passionnée de pâtisserie et si je sucre très peu, il m’arrive de m’acheter un bon gâteau en pâtisserie.
    Par contre j’essaie de limiter au maximum les produits industriels, c’est vraiment une plaie (et pas que pour le sucre d’ailleurs). Mais même en réduisant juste un peu mes apports en sucre, l’envie se fait moins sentir au bout de quelques semaines et ça m’a permis de rééquilibrer mon alimentation. Un jour je ferai sans doute quand même une cure plus drastique pour me débarrasser des dernières mauvaises habitudes. Merci beaucoup pour cet article très intéressant.

    Aimé par 1 personne

    1. Hello,

      Merci pour ton joli commentaire. L’essentiel est que chacun puisse trouver son équilibre! 🙂
      Ton commentaire laisse entendre que tu veilles à choisir de bons et beaux produits. Je crois que l’essentiel est là! Manger une pâtisserie oui! A la condition qu’elle soit délicieuse et savourée en pleine conscience. Qu’on soit capable ou non d’arrêter totalement les sucres industriels ou non, l’important est de prendre du recul vis à vis le système agro-alimentaire qu’on a tendance à nous imposer. Lorsque que l’on prend conscience de cela, le plus gros du chemin est fait! On s’écoute plus, et ce nouveau regard nous amène petit à petit parfois même sans qu’on s’en rende compte vers des changements et une bienveillance envers soi-même, les autres et la planète.
      Des bises!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s