MA PREMIÈRE CURE DE JUS

♦ DÉTOX ♦ VITALITÉ ♦ JOLIE PEAU ♦

Cette semaine, je propose de vous parler de mon expérience des cures, diètes et compagnie. En mars dernier, de retour d’un magnifique séjour à Lisbonne ♥, mon estomac se plaignait de quelques excès… . Ce voyage était justement l’occasion de fêter mon anniversaire, j’ai donc eu le plaisir de savourer un dessert incroyable et des plus étonnants dans le très branché restaurant A Cevicheria. Si je ne mange plus de sucre au quotidien je m’autorise toutefois une petite douceur au courant de Noël et de mon anniversaire. Il faut toujours se garder une part de plaisir dans la vie! L’essentiel étant justement de savourer ce moment en dégustant un dessert succulent. Durant le reste du séjour, si mon alimentation est restée très healthy, j’ai tout de même un peu forcé sur les doses… . Résultat : petit bidon tendu, corps lourd et un peu fatigué. Parallèlement, un extracteur à jus, cadeau de ma famille♥ attendait avec impatience d’être testé de retour à la maison! Toutes les conditions étaient donc réunies pour réaliser une cure de jus, diète dont tout le monde parle mais dont les témoignages détaillés se font rares. Alors voici le récit de ma petite expérience sur ma vraie première cure de jus.

C’EST QUOI UNE CURE DE JUS?

Des cures de jus il en existe pleins! Cure de Breuss, cure de Gerson, cure détox, cure Jason Vale et j’en passe.

Mais dans les grandes lignes on peut distinguer deux types de cures de jus. La première consiste tout simplement à se nourrir exclusivement de jus à base de fruits et de légumes frais et biologiques si possible, durant 1 à 5 jours. Selon les méthodes on peut boire de 5 à 8 jus par jour. Un autre type de cure de jus consiste à boire des jus frais de fruits et/ou de légumes tout au long de la journée, en continuant de s’alimenter de manière solide -alimentation healthy bien entendu-!

Pour ma part j’ai pris le parti de tester la cure de jus pure et dure, durant 3 jours. Les éléments qui vont suivre parlent donc uniquement de cette expérience. Je n’ai pas testé la cure de jus alternée avec des aliments solides. Je n’ai choisi aucune méthode en particulier, puisque les jus proposés dans les programmes des différentes cures sont souvent basés sur des fruits et légumes qui ne correspondent pas tous à la même saison. Or la saisonnalité est un point sur lequel je suis peu flexible. Manger frais c’est forcément manger de saison. Et manger de saison c’est se nourrir d’aliments dont les bienfaits et propriétés sont à leur apogée. C’est aussi privilégier une alimentation locale et très savoureuse, puisque les légumes et fruits sont mûrs à point! J’ai donc créé mes jus moi-même, en fonction des envies et inspirations!

cure-jus2

À QUOI ÇA SERT?

Selon leurs défenseurs, les cures de jus sont une source de vitalité et bien être.  Elles rechargent nos batteries, reminéralisent le corps tout en lui apportant repos en particulier au foie et à tout le système digestif.  Elles harmonisent notre sensation de satiété et régulent donc notre appétit. Et enfin elles drainent et détoxifient le corps ce qui promet un teint plus frais et un système digestif en meilleure forme. Exactement ce que je m’efforce de chouchouter!

POUR QUI?

La plupart des gens en bonne santé peuvent essayer une cure de jus de courte durée. Si certains défenseurs des cures n’hésitent pas à dire que tout le monde peut réaliser une cure de jus, l’opinion générale est plus mesurée et déconseille cette cure de jus aux enfants, adolescents, femmes enceintes ou qui allaitent, aux personnes sous traitement médical, où ceux dont la santé est fragile.

COMBIEN ÇA COÛTE?

Pour trois jours de cure à raison de 6 jus par jour j’ai dépensé 90€. Après la cure, il me restait encore des fruits et légumes pour le reste de la semaine. Donc c’est plutôt raisonnable!

QUEL ÉQUIPEMENT?

Un extracteur à jus et un blender. Un extracteur à jus et non une centrifugeuse, simplement parce que l’extracteur à jus conserve les enzymes des fruits et légumes, préserve bien mieux les vitamines et minéraux et en est plus concentré. Contrairement au blender, l’extracteur à jus sépare les fibres de la pulpe pour en extraire uniquement le jus des fruits et légumes. Ainsi les vitamines et minéraux sont mieux absorbés et plus rapidement assimilés par l’organisme. Pour approfondir sur le sujet, Eleusis et Mégara a écrit un article très complet sur les extracteurs à jus. Quant au blender, il sert uniquement à mixer les aliments qui ne passent pas à l’extracteur à savoir l’avocat et les bananes.

QUAND?

Privilégiez les jours où vous êtes au repos. Tout simplement pour des raisons pratiques, puisque dans l’idéal, un jus frais passé à l’extracteur à jus doit être bu dans la demie-heure qui suit. Au-delà de ce délai, les vitamines et minéraux se délitent crescendo via l’oxydation. Comprenez donc que prévoir des bouteilles de jus de fruits et légumes pour le travail n’est pas des plus approprié. La préparation des jus est assez longue à réaliser si on compte le temps de nettoyage de l’extracteur, mieux vaut donc avoir du temps libre devant soi.

CE QU’IL NE FAUT PAS FAIRE

Dans cette partie, je parle clairement de mon expérience et de tous les aléas que j’ai pu subir au cours de toutes mes « expérimentations Détox » au sens large. Expériences qui m’ont permis de ne pas refaire les mêmes erreurs lors de ma cure de jus et de la réaliser avec succès.

Une cure de jus? Moi? Il y a encore quelques mois, nan pas question. Trop peur. Trop peur de rater à nouveau.

Il y a presque deux ans et demi, je ne saurais vous dire le moment exact, j’ai eu l’occasion de visionner un reportage sur Arte au sujet du jeûne et de ses bienfaits. Le film s’appelle précisément Le jeûne, une nouvelle thérapie? Cette émission présentait les bienfaits thérapeutiques du jeûne notamment à travers le témoignage de groupes de personnes encadrés par des professionnels de la santé dans les pays de l’Est et en Allemagne si mes souvenirs sont bons. À cette époque je commençais sérieusement à me soucier de ma santé et à m’interroger sur mon mode de vie. Ce reportage tombait donc à pique. Et il faut dire qu’il m’avait particulièrement emballé. Les effets du jeûne paraissaient miraculeux. Malgré la contre-indication de réaliser ce jeûne sans accompagnement médical, je décide de m’y mettre. Le challenge : 3 jours sans rien avaler. Juste boire de l’eau. 

Le jour J, extra-motivée, j’emporte avec moi de quoi boire pour la journée. Je passe la matinée sans aucune gêne. Très contente de moi! Vers 14h un petit creux, mais l’eau que je bois compense vite ce besoin de manger. 16h je rentre à la maison. 17h : le drame. Subitement je me retrouve avec une migraine atroce. Je n’en avais jamais eu de pareil, même pas au moment de l’arrêt total du sucre. Assommante, ciblée, aigüe. Insupportable. Puis des crampes sont survenues au point d’être pliée en deux. Et une fatigue surdimensionnée. Puis subitement des nausées. Je me suis de suite décidée à avaler une soupe chaude de légumes. Je l’ai régurgitée pratiquement de suite. J’ai très vite paniqué, incapable de savoir quoi faire. Je n’osais plus manger de peur de vomir à nouveau.  Heureusement pour moi, mon ami, présent, a fini par me forcer à avaler de gros morceaux de sucre, des nounours en guimauve et chocolat et des bananes. Une demie heure après tout était redevenu normal. Comme par enchantement plus de mal de tête, plus de crampes, ni de fatigue. À partir de ce moment j’étais très très remontée contre les cures, diètes ou jeûnes et ne voulais plus du tout en entendre parler.

J’ai mis un long moment avant de me réconcilier avec la pratique des cures au sens général. Et ce n’est qu’à partir du constat des nombreux bénéfices que m’a apportée ma nouvelle hygiène de vie que petit à petit l’idée de refaire une cure est apparue.

Premier conseil : Ne JAMAIS se lancer de but en blanc dans une cure aussi drastique. Et surtout pas seul.

jus-petit-pois4

CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE

De la douceur et de la patienceJe pense que c’est un peu comme le vélo. Tu ne peux pas rouler à vélo avant même d’avoir appris les bons gestes pour être autonome. Réaliser une cure de jus de 3 jours ne s’est pas fait du jour au lendemain. Une cure ça se prépare. Une cure ça s’adapte aux besoins , au degré de vitalité et au vécu de chaque personne qui se lance dans cette aventure. On y va donc petit à petit pour permettre au corps de s’habituer.

On prépare le terrainPour réussir une cure de jus, je débute une semaine en amont avec des repas plus légers au quotidien. Comme vous le savez j’ai déjà supprimé de mon quotidien les laitages, tous les sucres et les aliments fortement dosés en gluten. Durant ma phase de préparation, je limite en plus, voire supprime tous les produits animaux, les céréales et le gluten. Les accrocs au tabac, alcool, café sont bien sûr priés d’en limiter leur consommation avant une éventuelle cure. Je récapitule, durant ma phase pré-cure je limite mon alimentation aux fruits, légumes, oléagineux, légumineuses, céréales sans gluten et huiles vierges végétales.

On commence par des temps courts et des cures plus soft que les cures de jus. Et on s’écoute! La maison d’or -et oui encore cette maison magique!- est la première à m’avoir redonnée confiance en la pratique des cures. Cet automne, elle publiait sur son site les bienfaits de la cure de raisins. Parmi les bénéfices, un teint radieux! Je n’étais pas fermée à l’idée de réaliser cette cure, d’une part parce que dans le cas de cette monodiète, on continue de manger des aliments solides, et d’autre part parce que cette cure pouvait se pratiquer sur une période d’un soir à trois jours non stop. La cure permettait une certaine flexibilité en fonction des personnes, de leur hygiène de vie, de leur expérience dans le domaine ou de leur appréhension. Je décidais donc de tenter l’expérience sans jamais me forcer à aller jusqu’à trois jours de cure. Au moindre doute, je stoppais la cure et me réalimentais normalement. Ne pas se fixer de délai, de challenge, est je pense l’une des clés pour mener à bien sa cure. On s’écoute. Partir avec l’esprit ouvert et souple : « j’essaie, mais dès que je ne le sens plus, j’arrête de suite sans aucune culpabilité ».

Le jour J, je mange à ma faim différentes sortes de raisins afin de varier comme je peux les plaisirs. J’ai tenu une matinée, puis ai commencé à être écœurée du goût très sucré du raisin. J’ai pris le parti de ne pas me forcer à continuer cette cure. Cette fois-ci, il n’y a pas eu d’effet secondaire. Donc même si je n’ai pas réalisé une cure de 3 jours, cela me réconciliait avec les diètes.

Cette expérience m’a offert la possibilité d’habituer petit à petit mon corps aux cures. En douceur. Ce qui m’a permis de réitérer l’expérience  en réalisant cet hiver une monodiète juste après les fêtes. Une semaine avant la cure, j’ai considérablement allégé mon alimentation. Et cette fois-ci j’ai choisi un aliment dont j’aimais vraiment le goût : le quinoa. J’en ai mangé durant 3 jours, dès que la faim se faisait ressentir. Je n’ai eu aucun effet secondaire, ni aucun creux ou compulsion. La cure c’est parfaitement bien passée, et j’en ai tiré une belle énergie!

Avec du recul, je pense que le succès de cette monodiète est due aux points suivants : Préparer le terrain de la cure en allégeant ces repas la semaine précédant la cure. Habituer son corps petit à petit aux cures, en commençant pas une diète d’un soir, puis d’une matinée, puis d’une journée etc… . Suivre son intuition et s’écouter. Ne jamais se forcer.

MA JOURNÉE CURE DE JUS TYPE

Le matin au levé, je commence par un jus booster pomme, citron, gingembre. Suivi de 5 jus dans la journée : un entre 8h et 10h, un à midi, un autre vers 14h, le suivant vers 16h et un dernier vers 18h. En résumé un toutes les deux heures environs, ou dès que la faim se fait ressentir.

J’ai composé chaque jus avec 5 fruits et légumes, selon mes envies et avec les aliments de saisons que j’avais à ma disposition. Le volume d’un jus est de 50 ml.  J’équilibrais mes jus en les composants de trois légumes dont un vert au moins et de deux fruits. Dans les jus de 12h et de 16h, j’ajoutais un avocat ou une banane. La texture plus consistante permet d’être bien caler et le côté onctueux réconforte! Autre élément important à mon sens, ne préparer que des jus avec des fruits et légumes que vous aimez. Une détox doit se faire avec le plus de plaisir possible! Pour tous ceux qui manquent d’inspiration, voici trois livres très chouettes et jolis qui proposent des recettes de jus frais : Superjus d’Agathe AUDOUZE aux éditions Hachette, Super smoothies de Fern Green dans la collection Green Marabout, et enfin Bar à jus de Vibeke Blomvagnes aux éditions Marabout.

cure-jus

LES RÉSULTATS DE MA CURE

Je tiens à préciser que ces résultats restent propre à moi-même. Chaque personne étant unique, les résultats énoncés ci-dessous ne sont donc pas une généralité. 

Pendant la cure : Une vitalité de dingue. Un état de joie incommensurable. Je souriais tout le temps. Tu réceptionnes toutes les informations de ton environnement dans la bonne humeur, qu’elles soient négatives ou positives. Tu as l’impression de profiter pleinement de l’instant, tes sens sont décuplés, tu es réceptif de manière amplifiée à ton environnement. Un véritable bien être et beaucoup de bonheur. 

Aucune sensation de fatigue, bien au contraire, les efforts de concentration et d’analyse sont optimisés, et tout ce que j’ai lu durant ces trois jours de cure a été assimilé plus rapidement et plus en détails. 

Aucune sensation de petit creux. À aucun moment je ne me suis sentie affamée. Aucune frustration. Une sensation de légèreté au fur et à mesure des journées.

Après la cure : Une très jolie mine! Un teint beaucoup plus frais et ma peau s’est encore améliorée. Depuis cette cure, ma peau est moins sensible aux agressions extérieures et plus uniforme. Et les petits boutons occasionnels se font encore plus rares. Et dans le cas de boutons qui pointent leur nez, ils sont très petits et secs et disparaissent en deux jours. Par contre ma peau est devenue sèche voire très sèche. Ce qui en soit n’est pas extra puisque les sécheresses fragilisent les fonctions de barrière de la peau. 

Un appétit à nouveau régulé. Ma sensation de faim s’est à nouveau harmonisée, puisqu’après mon retour de Lisbonne les envies de nourriture étaient plus fréquentes. Cette cure a très rapidement régulé cette sensation de faim et sans aucune frustration. Et je digère désormais encore  mieux qu’avant. 

Néanmoins en ce qui concerne mon humeur et ma vitalité, l’effet s’est inversé au bout de 3 jours post-cure. Une baisse de motivation, une impression d’être lourde, énorme et molle. Je me suis sentie fatiguée. Envie de rien. Je me sentais moins heureuse. Comme s’il me manquait quelque chose. Comme si pour retrouver cette énergie je devais refaire une nouvelle cure. Je précise qu’en phase de post-cure, je mangeais très sainement afin de ré-introduire petit à petit tous les éléments avec lesquels je m’alimente au quotidien. Donc ce coup de blues n’est pas lié à la réintroduction d’une alimentation trop riche et complexe. 

J’AI AIMÉ

Arriver à réaliser cette cure jusqu’au bout, sans jamais me mettre la pression.

Ne pas me prendre la tête à suivre des recettes de jus à la lettre. Faire des jus selon mes envies a été créatif, spontané et peu contraignant. De plus, aucun de mes jus n’était le même, ce qui m’a permis de ne pas me lasser et de découvrir des nouvelles associations.

À aucun moment je n’ai eu faim. Pas un seul petit creux. Aucune compulsion, ni envie d’aliment solide bien gras et sucré. 

La sensation de joie et de vitalité intense. J’ai été d’une excellente humeur et en immense forme durant la cure. 

Les résultats d’une encore plus jolie peau. Et des effets sur la peau qui durent dans le temps. 

J’AI MOINS AIMÉ

Ne pas pouvoir préparer mes jus à l’avance. Ce qui immobilise trois jours à la maison, puisque toutes les deux/trois heures je réalisais un jus. Cela empêchait donc les grandes vadrouilles! 

Comme j’ai réalisé ma cure en mars, le soir j’aurais eu envie de terminer ma journée par une soupe chaude. L’aspect froid des jus en continuité est le seul aspect de la cure qui m’ait lassée.

La sensation de spleen après la cure qui a duré 3 / 4 jours. 

jus-anti-âge2

 

MA CONCLUSION

Dans mon cas, oui c’est vrai, les défenseurs du jeûne et des cures ont raison, le bien être que procure une cure est dingue. Et ma peau et mon ventre ont en ressenti les effets. Effets qui durent sur le long terme. Néanmoins, je garde à l’esprit que si cette cure m’a procurée un bien être inégalable et de plus en plus intense durant les trois jours de cure, la semaine post-cure a quant à elle été beaucoup moins enthousiasmante. N’oublions pas qu’en réalisant ce type de cure le corps subit un état de stress. Les défenseurs de cure expliquent que cet état de stress est positif puisque d’une part il est de courte durée et d’autre part c’est cet état qui permet de déclencher des mécanismes de détoxification de l’organisme. L’état de stress implique notamment une production d’adrénaline plus importante que d’habitude. D’où cet état euphorisant. D’où les capacités de « super-humain ». Mais d’où également – je suppose- une baisse de moral lorsqu’on revient à un état normal. Il y a donc un manque. Un manque d’adrénaline. De ce fait une cure ne peut-elle pas se transformer en véritable drogue? Et du même coup devenir dangereuse, à force de répétition? Se soucier de sa santé est un phénomène qui touchent de plus en plus de personnes. En soi c’est très positif. Ajoutons à cela qu’il y a un véritable effet de mode autour  du bien être, du bien vivre, en harmonie avec soi et les autres. Je m’interroge sur les éventuelles dérives, sur les logiques trop extrêmes. Attention à ne pas devenir orthorexique

Oui je me soucie de ma santé. Oui j’ai changé mon mode de vie. Oui cela a très significativement amélioré ma qualité de vie. Mais non je ne referai plus cette cure.

Est-ce qu’une alimentation équilibrée, adaptée aux besoins et convictions de chacun, un peu de sport, de bons rapports sociaux, un peu de méditation ne suffiraient-ils pas à atteindre ce bien être du corps et de l’esprit? Une détoxification ne peut-elle pas se faire en douceur, via des cures d’argile ou d’aloe vera? Si je n’ai pas la réponse à ces questions, je suis toutefois de plus en plus vigilante vis à vis de toutes les modes qui gravitent autour du bien être. J’essaie autant que je peux de m’écouter avant tout, et de faire preuve de bon sens. En cas d’estomac lourd par exemple, j’opterai désormais d’avantage pour la formule que propose Delphine de Montalier. À savoir m’alléger en mangeant sain et moins un jour par semaine. Pour une cure en profondeur je suivrai la méthode d’Anne Ghesquière. Quant à l’apport de vitamines et minéraux par voie directe, j’opterai désormais pour des cures de jus sans supprimer mon alimentation adaptée à mes besoins spécifiques. 

Je n’ai pas la prétention d’affirmer qu’une cure de jus est bonne ou mauvaise pour la santé. Je ne peux que vous parler de mon expérience.  Je trouve qu’il est parfois difficile de savoir qui écouter. Les médecins n’ont souvent pas été formés ni sensibilisés à ce type de pratique. Comment peuvent-il adhérer à des formes de soins qu’ils ne maîtrisent pas ou connaissent peu? Ils sont donc pour la plus part réticents et déconseillent fortement les cures de jus et autres jeûnes. Et ça se comprend. Inversement dans le milieu des médecines alternatives, un manque d’harmonisation des formations implique une fluctuation des niveaux de compétences et de connaissances. Comment savoir qui consulter, qui écouter? Dans un idéal, une transversalité entre ces différentes approches – classique et alternatives – serait d’une belle complémentarité.  

Chacun est libre d’expérimenter ce qu’il souhaite. L’essentiel étant de ne pas dériver vers des extrêmes et de manière répétée.

cure-jus1

Publicités

3 réflexions sur “MA PREMIÈRE CURE DE JUS

  1. J’aime ta conclusion très critique, c’est rare de nos jours… Je me demande perso souvent à quoi sert la « detox » si on mange déjà très sainement? Si notre alimentation est déjà très bonne, la détox me semble être excessive et donc, signe effectivement d’orthorexie. Et, même, je ne suis pas sûre qu’il soit bon de vanter les mérites d’une « détox », puisque ça sous-entend qu’on peut faire n’importe quoi avec son corps le reste du temps, la détox le réparera. C’est un peu le même principe que les régimes, finalement… Bref je suis moyen convaincue par la détox comme tu le vois haha. Je connais des gens par exemple qui ne boivent pas d’alcool en Janvier après les fêtes pour reposer leur corps (et ils mangent « sainement » aussi je crois), et ils m’expliquaient ça pour justifier le fait qu’ils pouvaient en boire le reste de l’année. Oui, mais non haha. Le mieux c’est de boire peu (ou même pas) toute l’année. Enfin bref… Cela dit c’est très tentant quand même, pour moi qui aime faire attention à ce que je mange… J’étais tentée par le jeûne il y a peu mais je ne me sens pas prête du tout pour ça, en revanche la cure de jus pourquoi pas… Juste pour le plaisir d’essayer quelque chose de nouveau. Mais devrais-je céder à la tentation, telle est la question…

    Aimé par 1 personne

  2. La conclusion est parfaite ! La mode de l’alimentation santé tire bien souvent les gens vers des extrêmes alimentaires. Il est bien difficile d’appliquer les rudiments d’un mode de vie sain et d’une alimentation saine sans rentrer dans des dogme.s Le tout est une question d’équilibre. Peut être faut-il est passé par plusieurs de ces extrêmes pour pouvoir s’en apercevoir et connaitre nos réels besoins ?

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour et merci pour votre commentaire! Je suppose que passer par des extrêmes peut effectivement permettre à certains de trouver un équilibre par la suite, quand d’autres n’auront pas besoin de passer par là pour prendre conscience de leurs besoins. S’écouter! C’est la manière que je privilégie pour prendre soin de soi. A chacun de trouver la méthode qui lui convient le mieux 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s