ON PARLE VEGAN AVEC VEGAN FREESTYLE

♦ RENCONTRE ♦ PRISE DE CONSCIENCE ♦ STYLE DE VIE ♦

Le web? La disparition des relations humaines, du contact, de la sociabilité? Il y a encore deux mois je n’en doutais pas. La création récente de Mynyma m’a permis de réviser ce jugement attife et cliché. Les échanges sont riches, les découvertes réjouissantes, l’esprit s’ouvre. Et puis surtout tes valeurs se renforcent car tu réalises que -si! Oui!-les gens qui mangent comme toi, assument leur mode de vie, prônent la simplicité, aiment la nature. Je ne suis pas seule! Et ça, ça fait du bien!

Parallèlement aux interviews d’experts, j’ai tout de suite eu le souhait de pouvoir établir des échanges avec des blogueuses qui m’inspirent. Et parmi ces chouettes rencontres il y a Edelweiss de Vegan Freestyle. Je ne suis pas végétarienne, mais j’ai pourtant vite réalisé que l’hygiène de vie des Végéta*iens se rapproche de mes propres valeurs. L’énergie et les messages des blogueuses Vegan sont assez forts et percutants pour déclencher une prise de conscience. Edelweiss a spontanément eu la gentillesse d’accepter de nous parler d’elle et de ses convictions. Cette femme au parcours atypique m’a séduite par ces recettes originales et goûteuses- elle a réussi à me faire aimer le navet, c’est dire…- mais pas seulement. Elle met toute son énergie à transmettre ses valeurs, n’hésite pas a expérimenter, et est en total accord avec elle même. Un personne entière qu’on découvre avec hâte!

Vegan convaincue, du jour au lendemain tu as tout plaqué pour te consacrer à ton blog et à ton style de vie. Ça fait quoi de prendre son courage à deux mains et de se lancer? Quels bénéfices en tires-tu?

C’était un peu un rêve d’avoir un blog, mais je n’avais pas envie de faire un blog pour faire un blog.
En changeant de style de vie, c’est devenu comme une évidence, j’avais cette envie de partager mes recettes, d’échanger sur le mode de vie vegan et de parler des changements positifs que cela apporte.

Quand j’ai décidé d’ouvrir mon blog, je me suis rendue compte que ce serait un travail à temps complet.
Je ne m’y suis pas trompée, je travaille tous les jours du matin au soir, même le week-end !
On ne s’imagine pas avant à quel point c’est prenant, on fait plein de métiers en même temps : cuisinière, écrivaine, photographe, webmaster, community manager, webdesigner … Dernièrement je me suis même mise aux montages vidéos avec ma chaîne Youtube. Mais c’est tellement plus épanouissant que ce que je pouvais faire avant que je ne regrette rien. Étant autodidacte, j’en apprends tous les jours et même si ce n’est pas parfait, c’est une expérience très enrichissante.

J’ai rencontré une super communauté, je peux converser avec des gens qui partagent ou comprennent mon mode de vie, en apprendre de certains et en aider d’autres et c’est vraiment agréable de se sentir utile.

portrait1

 

Qu’est ce qui t’as fait basculer du côté vegan?

Il y a plus de 10 ans, je suis devenue végétarienne et le suis restée pendant 3 ans puis, pendant une longue période j’ai été végéta*ienne à la maison. Mais quand je mangeais à l’extérieur, je m’adaptais au menu imposé pour ne pas déranger. J’étais donc ce qu’on appelle aujourd’hui flexitarienne.

En fait, après tout ça, le véganisme est venu assez naturellement.
J’ai réussi à devenir 100% vegan à partir du moment où j’ai arrêté de m’inquiéter de l’opinion des autres et où j’ai voulu être en accord avec moi même et faire passer le bien-être animal avant mon confort personnel.

 

Quels bienfaits en tires-tu?

Je me sens apaisée.

Être vegan c’est faire du bien aux animaux, à la planète, aux autres, à soi… Bienfaits en tout point de vue donc. Je me sens en accord avec mes principes et ma façon de vivre maintenant. C’est un réel soulagement de pouvoir vivre sans faire souffrir (enfin de tout faire pour réduire les souffrances au maximum) et en faisant ce qui semble juste pour la planète. Même si je ne suis pas non plus naïve, pour qu’il y ait un vrai impact, je sais qu’il faudrait que nous changions de paradigme.

Niveau santé je note également du changement, mais comme je suis quelqu’un qui ne tombe jamais malade, ça n’est pas aussi flagrant que chez d’autres personnes, qui elles voient leur vie changer du tout au tout en arrêtant les produits animaux.

Mais je vois quand même pas mal de petites choses du quotidien qui changent la vie. Comme la digestion par exemple. C’est tout bête, mais on pense que c’est normal de digérer et de ne pas être bien pendant 2-3h après avoir manger, de se sentir fatigué. En devenant vegan je ne connais plus ça du tout. On se rend compte à quel point l’alimentation est liée à la santé.

J’ai encore des choses à améliorer au niveau de mon alimentation, je voudrais manger vraiment moins de gluten, c’est un peu mon addiction, plus j’en mange, plus j’en veux.

 

As-tu rencontré des difficultés au courant de ce changement de vie ?

Au début ça a été un choc de voir à quel point il y avait des animaux absolument partout, même dans des produits ou dans des aliments qu’on ne soupçonnait pas.

Je me suis rendue compte qu’il y avait réellement un gros business autour des déchets et des cadavres d’animaux, c’est assez flippant. Il a fallu faire un gros tri, tout contrôler et il faut être super vigilant tant qu’il n’y a pas le logo vegan / cruelty free.
J’ai donc dû faire attention à mes achats beauté (dentifrice, savon), mes vêtements ou encore certains aliments d’apparence vegan mais contenant des additifs « E … » qui eux ne le sont pas tous. Maintenant je ne mange quasiment plus aucun produit transformé et si j’en mange, je sais les marques auxquelles je peux faire confiance.
Aujourd’hui, les seules difficultés sont surtout quand il faut sortir, aller au restaurant. Il faut anticiper, prévenir, s’assurer que le restaurant puisse servir des plats vegan.
Pour les repas en famille ou entre amis, le temps d’adaptation est enfin passé je crois, j’adore cuisiner et je suis ravie de faire découvrir ma cuisine à tous ceux qui sont partants !

navetsglacepistou

Que penses-tu de l’actuel effet mode autour du végétarisme?

Je n’ai jamais vu autant de médias parler du végéta*isme que ces derniers mois, alors qu’avant c’était un mode de vie plutôt décrié. Et même si on entend encore des inepties, c’est plutôt positif dans l’ensemble.

En tout cas, j’espère que ce n’est pas juste un effet de mode… Mais au vu de l’engouement, je ne pense pas. Si les gens tentent l’expérience, ils verront rapidement les bienfaits que cela leur procure au niveau de la santé, ils verront également qu’il est tout à fait possible de se régaler et de vivre sans produits animaux.
Maintenant plein de restaurants ou d’épiceries vegan ouvrent leurs portes. En testant les gens vont avoir de moins en moins d’apriori et découvrir une nouvelle façon de manger toute aussi savoureuse. Nous rattraperons peut-être enfin notre retard sur l’Allemagne, les Etats-Unis ou le Canada pour ne citer qu’eux.
L’effet de mode permet aussi la banalisation. Et comme tout est question d’habitude, plus ce mode de vie sera démocratisé, plus il sera accessible à tous.
Et de toute façon, je pense que bientôt, les gens n’auront plus ce choix à faire, il va falloir qu’ils trouvent rapidement des alternatives avant de détruire complètement la planète. Et quand on sait qu’un hectare de terre peut nourrir 50 végétaliens mais seulement 2 carnivores, il serait temps d’arrêter de creuser l’écart entre les pays riches qui surconsomment, gaspillent et les pays du tiers-monde qui meurent de faim.

Comme je ne suis pas tout à fait Vegan, tu nous éclaires moi, les curieux et les novices? C’est quoi être Vegan aujourd’hui?

Cette question n’est pas facile, car il n’y a pas de réponse unique. Il y a énormément de type de vegans différents : l’adepte de la junk food, le raw till 4, le locavore, l’adepte du bio, l’écolo, le plant-based, le crudivore, l’abolitionniste, le welfariste … Pas facile de s’y retrouver là dedans mais on n’est pas obligé de se mettre dans une case, il faut suivre son instinct.

Mais pour moi, en dehors de la définition stricte du véganisme, à savoir « exclure toute forme d’exploitation animale de notre vie« , c’est aussi se rendre compte de l’impact que notre consommation peut avoir. Et du pouvoir que nous, en tant que consommateur nous avons.

Il y a 1 an, je n’aurais pas du tout répondu cela. J’aurais juste dit : pour les animaux mais en réalité, devenir vegan nous ouvre les yeux sur beaucoup plus que le bien-être animal.

Alors bien sûr ça reste ma motivation première et en devenant vegan, on réalise qu’avant on ne faisait pas assez. On apprend ce qu’il se passe réellement dans les abattoirs, mais aussi dans l’industrie du lait, des œufs, du miel et de ce fait, il ne nous est plus possible de faire une échelle de souffrance. Même si dans notre société, tout est fait pour qu’on n’en sache le moins possible afin de continuer à consommer les produits animaux sans se poser trop de questions. On voit d’ailleurs l’impact des vidéos de L214 sur la population et la réaction des gens qui sont horrifiés lorsqu’ils sont face à la réalité.
On devient également sensibilisé à l’exploitation animale sous toutes ses formes : cirques, parcs animaliers, zoo, tests dans les laboratoires, fourrures … Avant j’étais persuadée de savoir ce qui se passait mais en regardant le film documentaire Earthlings j’ai vraiment pris conscience de l’horreur et de la réalité de l’exploitation animale. Et là je me suis dit qu’il était hors de question que je participe encore une seule fois à tout ça.
Comme on en a parlé dans la question précédente, il commence à y avoir un effet de mode autour du végéta*isme et malheureusement les grandes multinationales commencent à voir qu’il y a de l’argent à se faire … et sortent des gammes surfant sur la vague. Si certains peuvent penser que c’est une bonne chose pour aider les gens à passer plus facilement au végéta*isme, je reste partisane des aliments frais, locaux et du fait-maison.

Et pour finir, avant je pouvais me dire qu’être vegan c’est être extrême. Mais aujourd’hui, je regrette vraiment de ne pas avoir voulu me renseigner plus tôt, de ne pas avoir voulu ouvrir les yeux, car il faut se l’avouer, on vit dans le déni et personne ne veut se dire qu’il participe à ça. Sans compter les aberrations nutritionnelles qu’on nous inculque : il faut manger de la viande pour avoir des protéines, boire du lait pour avoir du calcium et que si on devient végéta*ien on va mourir, etc…

portrait2

J’aime beaucoup ton idée de présenter tes recettes en fonction des saisons. J’ai l’impression que lorsqu’on devient Vegan on tend vers un rythme et une pensée de vie plus en accord  et en respect avec la nature. Tu te situes là?

C’est un peu inévitable je pense. Déjà j’ai toujours eu une sensibilité écologique mais, devenir vegan nous oblige également à revoir notre consommation.

Je privilégie les produits bio, locaux et de saison, issus des petits producteurs. J’ai arrêté de faire mes courses dans les grandes enseignes, j’ai arrêté d’acheter des produits préparés (j’en mangeais déjà très peu) et je prends vraiment conscience de l’impact écologique des aliments que je mange. J’ai d’ailleurs rédigé dernièrement tout un article sur ce sujet de l’alimentation bio-locale.

Après il y a des vegans qui s’en moquent totalement et tout ce qui compte c’est l’abolitionnisme (ce qui est déjà pas mal en soi), mais moi je n’ai pas pu faire autrement que de voir la dimension santé, écologique, humaine et même politique.

Il n’y a aucune mauvaise raison de devenir vegan, on a tout à y gagner. Il suffit de voir Cowspirary, Earthlings ou Unity pour se rendre compte du désastre général et réaliser que tout est lié.

 

Quels messages véhicules-tu à travers ton blog?

Tout d’abord, je voudrais montrer qu’il n’y a rien de compliqué à devenir vegan, il faut juste se lancer, s’affranchir des peurs véhiculées, il faut beaucoup s’informer et après ça va tout seul.

Parce que je pense que c’est le principal frein, les gens ont peur que ce soit compliqué, cher. Je le vois très bien, dès que je parle à quelqu’un il me dit : « Oh lala, ça a l’air bon mais tu as dû passer des heures en cuisine pour faire tout ça !! » ou encore « Mais ça doit coûter cher ! ». Et j’ai beau leur dire que comme pour la cuisine traditionnelle, il y a effectivement des plats qui demandent de la préparation mais il y a aussi des plats très rapides à faire, bon marché, prêts en 5 minutes chrono, j’ai l’impression qu’ils ne me croient pas. Alors que pourtant, la cuisine vegan, et surtout la cuisine raw-vegan (la crusine) sont vraiment plus faciles que la cuisine traditionnelle. Même les desserts sont beaucoup plus simples à faire !
J’ai donc voulu faire ce blog pour montrer qu’on peut se faire plaisir en mangeant vegan car je sais que c’est aussi une autre angoisse, celle de ne plus être épicurien, de ne plus retrouver le goût, « le vrai », de ne plus manger comme avant. Comme si le beurre, les œufs, la viande ou le fromage étaient les seuls ingrédients qui permettaient de donner du goût. Or, manger vegan c’est s’ouvrir à de nouvelles saveurs, de nouveaux ingrédients et sortir de sa zone de confort. On se rend vite compte que ce qui donne du goût ce sont les épices, les aromates et non les animaux.
Et surtout je veux montrer qu’on peut manger exactement comme avant. Nous les vegans, nous sommes très créatifs, il suffit de faire un tour sur les blogs. Par exemple, c’est même un burger vegan qui a été élu meilleur burger du monde en 2015, alors que le burger est quand même le plat omnivore par excellence : viande, fromage, sauce. Donc, tout est possible 🙂
Et si au départ, je pensais faire un blog cuisine, il a rapidement évolué vers un blog lifestyle où je partage mes expériences, mes défis, mes réussites ou mes échecs. Je pense qu’au delà de la nourriture, il est important aussi de partager notre quotidien en tant que vegan.

Une ou deux recettes à nous faire partager?

Le printemps arrive et donc les fleurs de courgette devraient faire leur grand retour au marché. C’est un plat typique de ma région, le sud-est, et ça a toujours été l’un de mes plats préférés. Je vous propose aujourd’hui une version véganisée http://www.veganfreestyle.com/tempura-ou-beignets-de-fleurs-de-courgettes-vegan/

Et l’autre, c’est une recette incontournable quand on devient vegan. Il s’agit d’un fromage végétal à base de noix de cajou. Quand j’en fais, il part en quelques minutes … C’est terriblement addictif !
http://www.veganfreestyle.com/fromage-vegetal-frais-aux-baies-roses-et-a-laneth/

ingredientsfromageVG

 

Nous sommes au début du printemps, cette saison est propice à une détox. J’ai lu avec grande attention ton article sur le jeûne! Tu nous parles de cette expérience?

Oui effectivement, sur un coup de tête, je me suis lancée dans un jeûne de 4 jours et c’était assez incroyable. Rien à voir avec le véganisme mais encore une preuve qu’en devenant vegan, on s’intéresse aussi à notre santé et à des expériences alternatives, naturelles, on revient un peu aux sources.
Avant, à chaque changement de saison, les gens faisaient une purge ou un jeûne, mais avec le temps, on a complètement abandonné cette pratique.
Le jeûne, c’est un peu combattre nos peurs. La peur du manque, de la faim et puis voir que tout se passe bien et tout se remet en place en laissant son corps s’autogérer comme un grand.
Je songe d’ailleurs à en refaire un plus long, peut-être de 7 jours, en me préparant plus que je ne l’avais fait la dernière fois.

Je suis fascinée par le pouvoir du corps, c’est fou ce qu’un jeûne peut faire.
Je ne suis pas spécialiste, mais quand je vois des témoignages de gens qui ont guéri de maladies graves grâce au jeûne je trouve ça incroyable.

J’aimerais également inclure des mono-diètes plus régulièrement, et même faire du fasting (le jeûne intermittent) au moins 1 fois par semaine.

 

Des projets en cours?

En dehors du blog, rien de concret pour l’instant. J’ai plein d’idées en tête, plein de choses qui m’intéressent mais je suis en phase de réflexion 🙂

Je vais prendre le temps de trouver des projets qui me conviennent et qui correspondent à mes valeurs.

En tout cas, ce sera forcément en lien avec le véganisme car c’est vraiment un mode de vie qui me passionne et j’aimerais pouvoir continuer à aider les gens qui s’y intéressent.

 

Un dernier mot?

Je te remercie pour cette interview qui me permet de parler de véganisme sur ton blog, j’espère ne pas avoir fait trop long, c’est un peu mon défaut quand je suis passionnée sur un sujet, je pourrais en parler pendant des heures.
Je suis par ailleurs ravie d’avoir découvert ton blog presque à ses débuts et c’est toujours un plaisir de lire tes nouveaux articles.

Edelweiss, je te remercie très sincèrement pour ce témoignage saisissant et authentique. Tes mots me font sérieusement réfléchir à la cause animale et ont un impact réel sur mes responsabilités. Véritable prise de conscience. Et je compte bien m’améliorer à ce sujet. J’espère que ton témoignage va permettre de véhiculer la cause Vegan et de sensibiliser toutes les personnes susceptibles de te lire . 

Vous pouvez retrouver Vegan Freestyle sur son blog, Facebook, Twitter, instagram, google+hellocoton, Pinterset, youtube et food reporter

©Crédit photographique Vegan Freestyle

Publicités

3 réflexions sur “ON PARLE VEGAN AVEC VEGAN FREESTYLE

    1. Coucou Clémentine!

      Surtout un grand merci à Edelweiss, qui a eu la gentillesse de me répondre avec une très grande sincérité. J’ai découvert une personne bien dans sa peau et en accord avec ses aspirations. C’est une très belle personne, je rejoins complètement tes pensées à son sujet.
      Je profite de tes mots pour te dire que tu fais parti ces personnes qui me touchent et m’inspirent. Ton blog est d’une grande finesse, de couleur, de fraîcheur. Il respire la joie et la bonne humeur. C’est l’un des plus beaux moyen de montrer que vivre sans viande, c’est possible tout en gardant le goût des bonnes choses tout en se faisant plaisir. Edelweiss et toi vous rapprochez étroitement de ce point de vue.
      PS J’ai adoré tes articles sur les plantes sauvages comestibles ❤
      Je suis heureuse de vous suivre toutes les deux et ai hâte de découvrir vos prochaines recettes!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s